TROIS SESSIONS THÉMATIQUES PROPOSÉES PAR NOS PARTENAIRES :

Thème 1

LA SURVEILLANCE ÉPIDÉMIOLOGIQUE DES MALADIES CHRONIQUES A PARTIR DES BASES DE DONNEES MEDICO-ADMINISTRATIVES

Session proposée par l’INSPQ, l’InVS et l’INPES

Danielle Saint-Laurent et Carole Blanchet, Institut national de santé publique du Québec, Québec, Canada ; Isabelle Grémy et Katia Castetbon, Institut de veille sanitaire, St Maurice, France ; Pierre Arwidson et Jennifer Davies, Institut national de prévention et d’éducation pour la santé

Les dernières décennies ont vu graduellement l’impact du vieillissement et de certaines habitudes de vie sur l’émergence des maladies chroniques au sein des pays développés. Aujourd‘hui les maladies chroniques représentent le problème de santé le plus important des sociétés occidentales et constituent la première cause de mortalité et de morbidité hospitalière ou de consommation de soins et de médicaments. Dans les pays émergents, parallèlement aux problèmes de santé prégnants, les pathologies chroniques prennent également une ampleur considérable. Dans une approche mondialisée de la santé, la prise en compte des maladies chroniques, de leurs déterminants et de leur impact devient incontournable. Ces nouvelles réalités et le contexte technologique dans lequel nous évoluons obligent à revoir les façons actuelles d’apprécier l’état de santé de la population. Les mesures, les indicateurs et aussi les méthodes qui permettent d’évaluer les besoins actuels et futurs en soins, les services et les autres actions préventives ainsi que leurs effets doivent être repensés pour répondre à des réalités beaucoup plus complexes. L’utilisation des données des fichiers médico-administratifs s’avère une approche adaptée à ces changements, pratique, relativement simple, accessible et peu coûteuse. Elle permet d’augmenter la généralisation des résultats à la population et de minimiser les biais associés aux études de cohorte. Cependant, ces fichiers étant conçus pour répondre à des besoins d’ordre administratif, leur utilisation à des fins épidémiologiques nécessite du développement conceptuel, des approches méthodologiques appropriées et de la validation. Les communications orales présentées dans le cadre de cette journée permettront d’illustrer par différentes études la surveillance des maladies chroniques à l’aide des fichiers médico-administratifs. Elles vont donner l’opportunité d’identifier les principaux enjeux méthodologiques et scientifiques liés à ces nouvelles perspectives et les méthodes utilisées pour d’aborder ces sujets par les différents acteurs de santé publique dans le domaine de la recherche, de la surveillance ou plus généralement de la santé publique. À ces enjeux s’ajoute la mise en évidence de la vulnérabilité des populations spécifiques, comme par exemple les populations souffrant de troubles mentaux, qui cumulent de multiples conditions chroniques...

L’objectif général visera à illustrer les utilisations des bases médico-administratives et les méthodes contribuant au développement de la surveillance des maladies chroniques. Plusieurs sessions d’une heure et demie pourront être organisées sur les thèmes, qui nous semblent particulièrement prioritaires et d’actualité :

  1. Validation et méthodologie pour l’utilisation des bases médico-administratives à des fins de surveillance des maladies chroniques
  2. Appariement des bases médico-administratives entre elles, avec des données d’enquêtes transversales, ou avec des cohortes à des fins de surveillance, d’évaluation ou de recherche
  3. L’utilisation des bases médico-administratives et la mise en exergue de la vulnérabilité des populations spécifiques.

Thème 2

LES METHODES EPIDEMIOLOGIQUES UTILISEES EN SURVEILLANCE NUTRITIONNELLE

Session proposée par l’INSPQ, l’InVS et l’INPES

Danielle Saint-Laurent et Carole Blanchet, Institut national de santé publique du Québec, Québec, Canada ; Isabelle Grémy et Katia Castetbon, Institut de veille sanitaire, St Maurice, France ; Pierre Arwidson et Jennifer Davies, Institut national de prévention et d’éducation pour la santé.

La planification, la mise en œuvre et l’évaluation de programmes et de stratégies d’intervention populationnelle portant sur la nutrition ou le poids corporel nécessitent la réalisation régulière d’enquêtes épidémiologiques afin d’obtenir des données fiables sur la consommation et les habitudes alimentaires, les apports nutritionnels, les pratiques d’activité physique et sédentaires, les indicateurs physiques et biologiques de l’état nutritionnel, l’accès physique et économique à une alimentation suffisante de même que sur les déterminants de la santé nutritionnelle.

La surveillance nutritionnelle fournit les éléments de base pour suivre l’état de santé nutritionnelle d’une population, les problèmes alimentaires en émergence de même que leurs déterminants et elle permet de mieux cerner le lien entre la nutrition et les maladies. Ce type de surveillance nécessite des méthodes complexes et novatrices de collecte, d’intégration, d’analyse, d’interprétation et de diffusion des données, lesquelles doivent être actualisées périodiquement. Dans ce cadre, les apports de la recherche étiologique sont également pris en compte pour définir les éléments à surveiller prioritairement, de même que les méthodes à appliquer.

L’objectif général visera à informer sur la conjoncture actuelle en épidémiologie nutritionnelle. De façon plus spécifique, la (les) session(s) sera introduite par un échange franco-québécois portant sur la description des contextes et des méthodes épidémiologiques utilisées en surveillance nutritionnelle en France et au Québec ainsi que sur les données récentes obtenues dans chacun des deux pays.

Ensuite, des sessions d’une heure et demie se tiendront autour de l’un (ou plusieurs) des thèmes suivants :

  1. Mise à jour des aspects méthodologiques de l’épidémiologie nutritionnelle : méthodes novatrices de collecte et d’analyse des données alimentaires et nutritionnelles et d’indicateurs liés à la nutrition ; intégration des autres habitudes de vie à la surveillance nutritionnelle, etc.
  2. Initiatives de surveillance nutritionnelle auprès des populations vulnérables et à différents âges de la vie : personnes vieillissantes, bénéficiaires de l’aide sociale ou alimentaire, insécurité alimentaire, alimentation et risques nutritionnels au début de la vie, etc.
  3. Nutrition et morbidité : études épidémiologiques portant sur les troubles du comportement alimentaire, sur la nutrition en lien avec le diabète ou l’hypertension, sur la modélisation du fardeau sanitaire des problèmes reliés au poids, etc.

Ces deux premiers thèmes s’inscrivent dans le cadre d’une convention d’échange et de partenariat entre l’INSPQ, l’InVS et l’INPES. Ils sont intégrés dans les sessions parallèles du Congrès. Le programme des sessions sera composé à partir de l’appel à communication et après évaluation des abstracts par le comité scientifique du Congrès de l’ADELF.

Tous les scientifiques et les acteurs de santé publique qui détiennent une expertise en lien avec les thèmes proposés sont invités à soumettre une communication AVANT LE 12 MARS 2012.

Thème 3

LA DIFFUSION DES BACTERIES HAUTEMENT RESISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES (BHR) A L’HEURE DE LA MONDIALISATION : IMPORTANCE ET ENJEUX

Session proposée par EPITER

Depuis toujours, la découverte d’un antibiotique a été suivie par celle d’une résistance bactérienne acquise. Le spectre d’une impasse thérapeutique est aujourd’hui une réalité avec la mise en évidence d’infections impliquant des bactéries pan-résistantes. Au-delà du déséquilibre s’aggravant ces dernières années entre la mise au point de nouvelles familles antibiotiques (presque au point mort) et l’identification de nouveaux mécanismes de résistance ou leur diffusion, plusieurs éléments justifient que ce sujet soit aujourd’hui au cœur de nos préoccupations.

  • Ces BHN ne sont pas toujours pathogènes et colonisent « simplement » les sujets ou les patients. Ce portage constitue un réservoir et aussi un vecteur de BHN, accentué par les migrations croissantes à l’échelle mondiale.
  • La résistance des bactéries aux antibiotiques est un phénomène désormais « globalisé » touchant l’ensemble des espèces bactériennes d’importance médicale et la totalité des classes d’antibiotiques disponibles. Certaines entérobactéries peuvent devenir résistantes à l’ensemble des molécules de la famille des ß-lactamines, et même aux carbapénèmes, molécules antibiotique classiquement de recours ;
  • Les stratégies de contrôle de la dissémination à partir des porteurs sont limitées aux barrières d’hygiène et d’isolement : il n’existe en pratique aucun moyen reconnu de décontaminer le tube digestif des patients. Ainsi, l’un des deux piliers de la stratégie du « search and destroy » n’est pas aujourd’hui applicable ;
  • L’épidémiologie mondiale de ces bactéries montre une extrême diversité selon les pays, avec cependant des zones du globe particulièrement touchées.

Des réflexions et des stratégies d’actions, parfois différentes, ont été réfléchies et mises en place par plusieurs pays. L’enjeu de santé publique que représentent ces BHR doit être éclairé par des retours d’expériences sur la gestion d’épidémie et l’évaluation des stratégies mises en oeuvre.

Tous les scientifiques et les acteurs de santé publique qui détiennent une expertise en lien avec les thèmes proposés sont invités à soumettre une communication AVANT LE 12 MARS 2012.